Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 05 mars 2021

Agriculture cathodique


La télévision française est en proie à un phénomène assez familier des agriculteurs, la dérégulation, qui a très certainement des répercussions sur le traitement qu’elle fait de la Ferme France. En un quart de siècle, le nombre de chaînes nationales gratuites a plus que triplé. Et parmi elles, au moins dix-sept ont désormais vocation à diffuser des contenus à caractère informatif. Comme dans le secteur agricole, c’est de plus en plus le marché qui fait la loi. Le résultat dans le petit écran est une atomisation des moyens d’enquête, incarnée par la disparition des journalistes spécialisés. Dans des rédactions et sociétés de production qui se retranchent toujours plus vers la simplicité, les sujets scientifiques et techniques - qui nécessitent de l'expertise et de longues enquêtes - apparaissent comme les victimes les plus criantes. Le phénomène concerne aussi bien les émissions des chaines privées - y compris celles qui revêtent les habits de la science - que celles des chaines publiques - pour qui l'alimentation semble devenu un marronnier confortable. Le résultat de cet appauvrissement est, comme souvent, une violence accrue, ici à coups de publications scientifiques. Mais rappelons, comme disait Léon Chestov, que la science « ne connaît ni pitié, ni colère ». Elle est notre boussole commune, dont il faut préserver le bon fonctionnement. Cela ne tombe pas du ciel. Cela passe par des institutions bien gérées et bien dotées, qu’il s’agisse de la recherche, de l’évaluation et de l’information scientifique.

Mathieu Robert



Téléchargement