Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 29 janvier 2021

Compétitivité et démographie


Entre 2000 et 2020, la population française est passée de 60 millions à 67 millions d’habitants, soit une croissance de plus de 10 %. C’est une donnée bête comme chou, que les enfants apprennent très tôt à l’école, pourtant largement ignorée des débats agricoles français, où l’on s’ébaubit pourtant volontiers devant la perspective des 9 milliards d’habitants dans le monde en 2050 (soit +25 % d’ici 30 ans). La donnée est pourtant cruciale à bien des égards. On lit cette semaine une ènième étude dans laquelle on s’inquiète de la compétitivité de la Ferme France, sans tenir compte de la démographie. On y réduit une fois de plus la performance de la Ferme France à son solde commercial. Le raisonnement est le suivant : si la France exporte moins et qu’elle importe davantage, c’est qu’elle est moins performante dans le jeu de la concurrence internationale, et qu’elle est moins compétitive. Tout cela serait vrai – et inquiétant –, toutes choses égales par ailleurs. Problème : un solde commercial peut aussi évoluer selon le marché intérieur et l’un de ses sous-jacents la démographie. Pourquoi c’est important ? Eh bien rappelons que depuis quinze ans, malgré une inflexion en 2018-2019, le marché alimentaire français est resté globalement en croissance, selon un rythme qui suit de près l’évolution de la démographie. Pendant le même temps, la population de l’Allemagne, elle, est restée stable, autour de 83 millions d’habitants. Les incidences de tels déséquilibres sont potentiellement lourdes, et méritent d’être davantage étudiés.

Mathieu Robert



Téléchargement