Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 26 juin 2020

Les abattages de porcs ont chuté de 15 % en mai


Du fait des absences de salariés et des perturbations de marché liées au confinement, les abattages de porcs ont connu, en France, une baisse de l’ordre de 15 % durant le mois de mai (par rapport à mai 2019), engendrant « d’importants stocks de porcs sur pied dans les élevages », rapporte Benoît Defauconpret, chargé d’études économiques filière porcine à FranceAgriMer, lors d’une conférence de presse le 24 juin. « La filière porc s’en est mieux sortie que d’autres, avec tout de même des productions tournées vers la restauration hors domicile qui ont connu des difficultés significatives », constate-t-il.

« Certaines entreprises de charcuterie tournées majoritairement vers la RHD sont très concernées, on a des adhérents qui ont perdu 70 % de leur chiffre d’affaires », confirme Fabien Castanier, délégué général de la Fict (charcutiers industriels). « On essaie d’obtenir que ces entreprises puissent bénéficier d’aides », notamment les exonérations prévues dans le cadre du PLFR3 (troisième projet de loi de finance rectificative) pour 2020. Enfin, sur la question du stockage, la filière porc est « moins concernée [que les autres viandes blanches], mais on peut être interpellé sur nos capacités de stockage en cas de difficultés », a commenté Gérard Viel, vice-président du conseil spécialisé « viandes blanches » de l’organisme public.

Après l’épisode du Covid-19, la conjoncture mondiale devrait reprendre ses droits, estime la Fict, avec une demande tirée par la Chine, toujours frappée par la peste porcine africaine (PPA). « Tous les experts s’accordent à dire que les prix des pièces de découpe vont rester très élevés en 2020, nous aurons les mêmes problèmes à résoudre » qu’en 2019, a estimé Bernard Vallat, président de la Fict, le 24 juin. La filière porcine française est toujours elle-même sous la menace de la PPA, pour l’instant cantonnée en Belgique, et qui menace de s’introduire en France comme en Allemagne.

« La filière porc s’en est mieux sortie que d’autres »

MR, YG



Téléchargement