Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 05 avril 2019

Ouvrir les syndicats


En France, une grande partie des débats qui orientent les futures politiques agricoles se déroulent à l’intérieur des syndicats, le plus souvent à huis clos. Cela donne lieu à un long travail de reconstruction des évènements, un travail passionnant mais toujours sujet à caution, qui ne satisfait jamais totalement les journalistes, ni leurs lecteurs, et souvent ni les syndicats eux-mêmes. Cette situation perdure pour deux raisons : la première est la capacité extraordinaire de la FNSEA à concentrer le débat agricole français en son sein, en produisant des avis qui valent pour une majorité – absolue chez les votants – de la ferme France. La seconde raison, c’est la concurrence syndicale ; dans un contexte de compétition entre centrales depuis 35 ans, chacune a tendance à garder pour elle ses divisions internes, de peur de prêter le flanc à l’adversaire. Alors que faire ? Les dernières élections aux chambres d’agriculture ne nous donnent-elles pas l’occasion de changer les choses ? Elles confirment une situation inédite depuis 35 ans : le paysage syndical est stabilisé, autour d’une centrale à plus de 50 %, et de deux concurrents représentant chacun moins de la moitié des voix du leader. Bref, les enjeux de concurrence syndicale semblent largement retombés. C’est peut-être une occasion inédite d’ouvrir les syndicats, de tous bords : leurs travaux, débats, notes… Avec l’espoir d’enrichir le débat public, de moderniser leur image, et donc de faire revenir des jeunes vers l’engagement syndical. Chiche ?

Mathieu Robert



Téléchargement