Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 14 décembre 2018

Phytos et cigarette


À l’occasion des débats autour d’un relèvement possible de la redevance pour pollutions diffuses (RPD), tentons, un instant, la comparaison entre les phytos et la cigarette. La FNSEA assure que les agriculteurs paieront "plein pot" cette hausse, par manque d’alternative bon marché. L'information reste à évaluer – il faut sur ce point consulter les instituts techniques –, mais on peut penser qu'elle est au moins partiellement vraie, puisque le gouvernement annonce lui-même dans son projet de loi de finances qu'il récoltera un budget supplémentaire de 50 millions d'euros grâce à cette hausse. D'ailleurs, il promet d'utiliser cet argent pour financer le soutien de l’agriculture biologique à partir de 2020. Drôle de manœuvre. En fait, comme les taxes sur les cigarettes, la taxe sur les pesticides ne sert pas seulement à diminuer leur consommation, mais aussi à financer certaines politiques. On finit par se demander si une partie de cet argent ne ferait pas mieux de rester où il est, c’est-à-dire dans les caisses des agriculteurs, plutôt que de faire un aller-retour un peu absurde part les caisses de l'Etat. Il faut croire que le gouvernement s'entête à vouloir se présenter comme le champion des moyens dédiés à "l'agriculture biologique" ou à la "montée en gamme". Cet entêtement l'avait déjà amené à comptabiliser des aides bio et des Maec dans le « plan d’investissement de 5 milliards d’euros ». Espérons qu'il soit désormais à court d'imagination.

Mathieu Robert



Téléchargement