Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 06 juillet 2018

Porc : le d.g. de la Cooperl dénonce le « dumping environnemental » en UE


D’un lourd handicap économique la filière porcine bretonne veut faire un atout, en mettant en valeur ses efforts en matière de qualité de l’eau, notamment après les différentes affaires qui viennent de toucher l’Allemagne et les Pays-Bas. Pour le directeur général de la Cooperl, il faut mener un combat contre le « dumping environnemental » en UE. Pour le président de l’UGPVB (groupements), l’aval de la filière doit communiquer davantage sur les performances des éleveurs bretons en la matière.


À Bruxelles, la Bretagne serait désormais « reconnue pour la qualité de son eau », assurait le président de l’UGPVB (groupements) Michel Bloc’h lors de l’assemblée générale de l’interprofession porcine (Inaporc) le 3 juillet. Tout au moins, est-elle reconnue pour les efforts réalisés en la matière par les éleveurs bretons. « Nous sommes l’un des seuls pays à avoir développé le traitement des lisiers, c’est un bon capital pour demain car ces installations sont souvent amorties. »

Lors de cette assemblée générale, Michel Bloc’h semblait en accord avec le directeur général de la Cooperl, Emmanuel Commault, pour dire que les éleveurs bretons devraient « capitaliser » davantage sur les efforts réalisés en matière de qualité de l’eau. À chacun sa méthode, Michel Bloc’h se tourne vers les industriels français : « On ne souligne pas assez en aval l’excellence de la filière bretonne. »

De son côté, le directeur général de la Cooperl se tourne plutôt vers Bruxelles. Après les combats contre le « dumping social en Europe » (statut des travailleurs détachés et niveau du Smic en Allemagne), puis contre le « dumping fiscal agricole » (TVA agricole allemande), Emmanuel Commault plaide pour que soit mené un combat contre le « dumping environnemental ».

« Le dumping social est toujours très effectif »

Les deux professionnels s’appuient sur de récentes affaires qui ont touché l’Allemagne et les Pays-Bas. En fin d’année 2017, les Pays-Bas ont connu une affaire de fraude au lisier qui porterait sur 25 à 40 % de la production de lisier nationale. En juin, l’Allemagne a été condamnée par la Cour de Justice de l’UE pour l’insuffisance des mesures mises en place pour lutter contre la pollution des eaux par les nitrates d’origine agricole.

Il s’agirait d’un troisième combat à mener de front, car les deux autres sont toujours d’actualité. Le combat contre le « dumping fiscal agricole » – mené essentiellement par les éleveurs bretons – arrive tout juste devant les tribunaux. Une mesure d’infraction contre l’Allemagne est en cours d’instruction devant la Cour de Justice de l’UE, et Michel Bloc’h a demandé le soutien de « l’État français » pour les accompagner dans cette procédure.

Et le combat contre le « dumping social » lancé quelques années plus tôt n’est pas terminé, même si des évolutions ont eu lieu à Berlin et Bruxelles. « Ce dumping social est toujours très effectif en Allemagne, mais aussi en Espagne avec le statut de travailleur indépendant qui n’est pas concerné par la directive sur les travailleurs détachés », a regretté Emmanuel Commault.

Interbev et Inaporc formalisent leur collaboration avec l’industrie chinoise


La China meat association (industriels chinois de la viande) était présente lors de l’assemblée générale d’Inaporc le 4 juillet pour signer un protocole de collaboration avec l’interprofession porcine, qui inclut également l’interprofession bétail et viande (Interbev). Cette signature formalise une collaboration informelle en vigueur depuis plusieurs années avec Inaporc. Parmi les actions communes envisagées : la rémunération de consultants, la promotion des produits, l’organisation de conférences ou la présence sur les salons internationaux. L’un des objectifs des Français est de mieux identifier l’origine France sur les produits commercialisés en Chine. Les présidents d’Inaporc et de la China meat association se connaissent de longue date, partageant respectivement les sièges de président et vice-président de l’Office international de la viande.

MR



Téléchargement