Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 21 décembre 2018

Reprendre la main sur le bien-être animal


Le groupe Casino a annoncé récemment sa volonté de lancer le premier étiquetage sur le niveau de bien-être animal, en collaboration avec trois organisations welfaristes : OABA, LEDA et LIWF. C’est le poulet de chair qui va servir de cobaye. Si le dispositif a bien été testé avec les groupements de producteurs qui travaillent avec les fournisseurs de Casino, ce dernier ne s’est pas adressé aux fédérations de producteurs de volaille de chair, pas plus qu’à l’interprofession ou aux syndicats agricoles.

On a le sentiment que l’histoire se répète. Parce que la grande distribution est en prise directe avec les consommateurs, c’est toujours elle qui est la plus encline à répondre aux attentes de ceux-ci, quitte à passer outre les bonnes manières qui auraient consisté à consulter largement avant de se lancer. Et au final, c’est elle qui va récupérer les lauriers même si ce sont les agriculteurs qui feront les efforts.

Les producteurs et leurs représentants devraient être les premiers à porter ce type d’initiative. Pourtant, ils sont engagés dans cette voie, mais ce n’est pas visible pour le consommateur. Ainsi, il y a la démarche Ferme France qui vise à répondre à une demande de progrès sociétaux, mais elle porte sur de multiples enjeux, bien au-delà du bien-être animal, et sur de nombreux acteurs, ce qui la rend lourde à mettre en œuvre. Pourtant, il y a urgence : si les agriculteurs ne s’emparent pas de ce sujet du bien-être en proposant des démarches mesurables et visibles, la grande distribution va tout imposer.

Nicole Ouvrard, Directrice des rédactions



Téléchargement