Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 04 octobre 2019

Sûreté alimentaire : la future commissaire européenne convainc les eurodéputés


Malgré des réponses parfois vagues sur les questions de sûreté alimentaire (OGM, pesticides…), la Chypriote Stella Kyarikides a reçu, à l’issue de son audition le 1er octobre, le feu vert du Parlement européen à sa nomination comme future commissaire européenne à la Santé.


Il y avait peu de doutes sur ses compétences en matière de santé, Stella Kyriakides étant experte du dossier, mais elle était attendue sur celles en matière de sûreté alimentaire. L’audition le 1er octobre à Bruxelles de la future commissaire européenne à la santé, a rassuré les eurodéputés qui ont donné dans la foulée leur feu vert à sa nomination – qui devra être confirmée par un vote en plénière prévu le 23 octobre sur l’ensemble du prochain exécutif européen.

Le président de la commission parlementaire de l’Environnement, Pascal Canfin, lui a d’emblée demandé : « Notre sentiment, c’est que sur la partie Santé, il y a des engagements concrets. En revanche, nous avons des interrogations sur les réponses apportées à nos questions sur la sécurité alimentaire, jugées beaucoup plus vagues ». La Chypriote Stella Kyriakides a souvent, sur ces sujets, refusé de s’engager trop loin, s’en remettant aux évaluations en cours au sein de la Commission européenne.

Des décisions fondées sur la science

Elle a néanmoins reconnu que la législation sur les pesticides n’était pas correctement mise en œuvre par les États membres et s’est engagée à réduire « notre dépendance vis-à-vis des pesticides ». Ajoutant qu’il faudra également investir dans le financement d’alternatives à faible risque aux produits phytosanitaires. « Il y a actuellement une évaluation qui est menée par l’Agence européenne de sécurité des aliments (Efsa) et je prendrai une décision sur cette base, a-t-elle précisé. Cela fera partie du 'Pacte vert' et de la stratégie 'de la fourche à la fourchette' », voulus par la nouvelle présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen,

Sur les OGM, les perturbateurs endocriniens ou les risques des insecticides pour les abeilles, elle s’est là encore retranchée derrière les évaluations en cours menées par la Commission européenne ou l’Efsa. « Les décisions doivent être fondées sur des données scientifiques. L’Efsa n’autorise que les OGM sûrs », a-t-elle insisté. Stella Kyriakides a quand même promis d’agir contre les perturbateurs endocriniens sans donner plus de détails.

Des réponses qui ont satisfait les parlementaires responsables de son audition lesquels lui ont donné leur feu vert en insistant quand même sur la nécessité de mesures concrètes supplémentaires, notamment en matière de pesticides. Elle devrait donc prendre ses fonctions le 1er novembre.

(AG)



Téléchargement