Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 08 juin 2018

Total défend son projet de bioraffinerie et interpelle les agriculteurs


Le p.-d.g. de Total Patrick Pouyanné a défendu le 1er juin son projet de bioraffinerie à La Mède (Bouches-du-Rhône), alors que la FNSEA a prévu de bloquer des raffineries pour protester contre la hausse attendue des importations d’huile de palme. « Nous rendons la France plus indépendante en termes de biodiesel. Est-ce qu’on préfère que ce biodiesel soit importé ou produit en France avec des emplois à la clef ? », a déclaré le dirigeant à quelques journalistes, à l’issue de l’assemblée générale du groupe pétrolier et gazier. « Est-ce que les agriculteurs savent qu’il y a une société qui leur est affiliée qui importe 200 000 t d’huile de palme pour faire des biodiesels en France ? », a aussi demandé Patrick Pouyanné. « Je voudrais que les agriculteurs soient cohérents ».

La remarque semble viser Avril. Contacté par Agra Presse, le groupe donne un chiffre bien inférieur : sa production de biodiesel, environ 1,5 Mt, est issue à 8,5 % de l’huile de palme. Il s’agit d’« une question de rentabilité » pour des usines subissant aujourd’hui une activité partielle, indique Avril.

« Nous avons décidé de prendre 50 000 t de colza français dans cette raffinerie. Donc on fait des efforts et franchement ces 50 000 t ne sont pas les plus rentables du mix (l’éventail, NDLR) de végétaux qu’on va mettre dans cette bioraffinerie », a aussi souligné Patrick Pouyanné.

La bioraffinerie doit démarrer cet été ou « plutôt à la rentrée », en septembre, pour être en pleine capacité à la fin de l’année, a-t-il indiqué.

Stéphane Travert a déclaré le 1er juin que le gouvernement était attaché à la filière colza en France, en réponse aux inquiétudes suscitées par l’autorisation donnée à Total d’exploiter sa bio-raffinerie à La Mède. « Nous sommes attachés à une filière colza en France, une filière compétitive », a-t-il assuré, interrogé sur CNews. « Mon collègue (Nicolas Hulot) a eu l’occasion de rappeler que c’était une décision (d’autorisation d’exploiter) qui avait été difficile à prendre. Parce que je soutiens cette filière colza, il va falloir trouver une solution », a ajouté le ministre de l’Agriculture.

Biocarburants : le Sénat « très vigilant » sur l’avenir de la filière

Le Sénat a souligné le 4 juin « un double risque de déstabilisation » de la filière des biocarburants avec le projet Total à La Mède et la révision de la directive UE sur les énergies renouvelables. « Jean Bizet (LR, Manche), président de la commission des affaires européennes, et Sophie Primas (LR, Yvelines), présidente de la commission des affaires économiques, s’inquiètent de l’avenir de la filière française des biocarburants », qui pèse environ 30 000 emplois et plus de 2 Mrd€ d’investissements, selon un communiqué. Les deux commissions examineront avec « une attention toute particulière le développement de ces dossiers, en travaillant activement sur le sujet dans un proche avenir ».

JCD, avec l’AFP



Téléchargement