Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 14 février 2020

Arnaud Montebourg présente sa marque de glace bio fabriquée à la ferme


Comme il l’avait annoncé dans Agra Presse en septembre, Arnaud Montebourg a dévoilé, le 11 février, sa « marque équitable de glaces bio fabriquées chez le paysan », intitulée La Mémère. « Il n’existe pas d’équivalent sur le marché », assure l’ancien ministre du Redressement productif. Des glaces bio, oui, il en existe ! Des glaces fabriquées directement à la ferme, aussi ! Mais pas l’ensemble, commercialisé en grande distribution, se revendiquant « équitable » et garanti sans aucun additif chimique.

Ici, il n’est pas question de contractualisation à bon prix mais d’entreprenariat et d’association. L’agriculteur crée une entreprise qui achète son propre lait 80 centimes le litre et le transforme en glace directement sur sa ferme. Concrètement, l’exploitant s’associe à la Compagnie laitière des glaces paysannes que préside Arnaud Montebourg. Ensemble, ils montent une entreprise de transformation de glace, distincte de la ferme, au capital de 10 000 euros dont l’agriculteur détient 51 % des parts. La Compagnie laitière des glaces paysannes finance ensuite l’installation sur l’exploitation d’un laboratoire tout équipé de fabrication de glace ainsi qu’un stockage froid sous forme de trois containers recyclés. Elle s’occupe également de la commercialisation des produits en grande distribution. Dès le 1er avril, les premiers pots de la glace La Mémère seront disponibles chez Monoprix, se félicite le militant du Made in France.

L’exploitation des Morin en Ille-et-Vilaine est la première ferme à s’être lancée dans le projet. Ce qui a séduit ses éleveurs ? La prise en charge de la commercialisation et la formation à la fabrication des glaces par un Meilleur ouvrier de France. « Nous sommes paysans, pas commerçants », résument-ils. Ils fourniront 55 000 litres de lait à la société nouvellement créée et dont ils sont les actionnaires majoritaires. C’est le volume nécessaire pour saturer les outils de transformation. « Et leur permettre de ne pas mettre tous leurs œufs dans le même panier », glisse Arnaud Montebourg, cherchant à recruter de nouveaux éleveurs pour son projet.

L’agriculteur crée une entreprise qui achète son propre lait

AJ