Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 13 septembre 2019

Au Space, Didier Guillaume relance le chantier de l’étiquetage de l’origine des viandes


« Nous allons remettre en chantier le dossier de l’étiquetage de l’origine des viandes », a indiqué le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume dans son discours au Space, le 10 septembre à Rennes. « Les parlementaires sont motivés, le gouvernement les soutient », a-t-il souligné, sans donner plus de précisions sur les mesures envisagées et ni le calendrier. De source syndicale, il s’agirait d’étendre à toutes les viandes l’obligation d’affichage de l’origine en restauration, déjà en vigueur pour la viande bovine. « Nous avons laissé le temps aux uns et autres de s’organiser », a souligné M. Guillaume, reconnaissant que cette mesure « ne va pas faire plaisir à certains au milieu de la filière ».

« Nous voulons que le ministre de l’Agriculture accélère le processus » pour que cet étiquetage soit obligatoire « au 1er janvier 2020 », a réagi Jean-Michel Schaeffer, président d’Anvol (interprofession de la volaille de chair), le 12 septembre. Un décret serait en cours de rédaction d’après les professionnels, qui affirment avoir obtenu l’accord du ministre de l’Économie Bruno Le Maire. Anvol a insisté sur la « nécessité » de rendre obligatoire l’affichage de l’origine des viandes en restauration. En volailles, ce débouché tire la croissance du marché, alors que les ventes en grandes surfaces reculent. Or, « en RHD, 80 % des volailles sont importées », déplore Patrick Pageard, président du Cidef (interprofession de la dinde). « Neuf Français sur dix souhaitent l’obligation de l’affichage de l’origine des volailles en restauration et dans les sandwicheries », affirme M. Pageard. Un chiffre issu d’un sondage réalisé en 2019 par OpinionWay pour l’association de promotion de la volaille française. D’après le président du Cidef, afficher l’origine des viandes permettrait de « rassurer les consommateurs » et de « booster la consommation ».

L’interprofession de la volaille de chair veut une application « au 1er janvier 2020 »

YG



Téléchargement