Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 07 juin 2019

Commerce international : Donald Trump menace le Mexique, le secteur agricole américain s’inquiète


Le secteur agricole américain craint de nouveau des mesures de représailles au cas où Donald Trump mettrait à exécution, le 10 juin, sa menace d’imposer des droits sur les importations en provenance du Mexique tant que les immigrés clandestins continueront d’affluer aux États-Unis en passant par la frontière entre les deux pays. 


Donald Trump a annoncé le 30 mai au soir l’imposition, à compter du 10 juin, de « tarifs douaniers de 5 % sur tous les biens en provenance du Mexique » tant que les immigrés clandestins continueront d’affluer aux États-Unis en passant par la frontière entre les deux pays. Des tarifs qui pourraient être portés à 10 % le 1er juillet, 15 % le 1er août, 20 % le 1er septembre, puis 25 % à partir du 1er octobre, alors que les échanges bilatéraux ne sont pas frappés de droits de douane en vertu de l’Accord de libre-échange nord-américain (Aléna) de 1994. 

Le Mexique est un fournisseur majeur des États-Unis dans le domaine agricole et agroalimentaire (tomates, fruits rouges, avocats, etc., mais aussi bières et tequila), d’où un risque de hausse des prix à la consommation de ses produits. Mais il devient aussi cette année « le deuxième marché le plus important (après le Canada) pour les exportations » du secteur devant la Chine, rappelle Dave Salmonsen, expert auprès de l’American Farm Bureau Federation. L’organisation agricole redoute l’impact d’éventuelles mesures de rétorsion mexicaines sur les agriculteurs qui sont déjà durement affectés par la guerre commerciale avec la Chine (voir encadré). 

Une inquiétude partagée par l’US Grains Council : selon son président, l’annonce de Donald Trump « remet en question la relation complexe que nous entretenons avec le principal acheteur de céréales américaines ».

Le ministre mexicain des affaires étrangères, Marcelo Ebrard, s’est immédiatement rendu à Washington pour tenter de déminer le conflit provoqué par l’annonce de Donald Trump. 

Inconséquence

La présidente de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi, a, de son côté, dénoncé l’inconséquence de Donald Trump. Washington, Mexico et Ottawa viennent en effet tout juste de lancer le processus de ratification du nouvel accord de libre-échange nord-américain (AEUMC), après que les États-Unis aient levé leurs taxes sur l’acier et l’aluminium en provenance du Canada et du Mexique et que ces deux pays aient mis fin aux représailles qu’ils avaient déclenchées en réponse, contre des produits agricoles et agroalimentaires américains notamment (1). 

Washington et Mexico ont d’ailleurs notifié officiellement le 3 juin à l’OMC le compromis intervenu pour en finir avec ce différend, comme l’avaient fait quelques jours auparavant Américains et Canadiens (2). 

(1) Voir n° 3694 du 27/05/19

(2) Voir n°3695 du 03/06/19

La Chine relève ses droits de douane sur les produits américains

La Chine a relevé le 1er juin ses droits de douane, à 10 %, 20 % voire 25 %, sur 5 140 produits américains déjà taxés et équivalant à 60 milliards $, parmi lesquels la viande de volaille, le blé, le sucre, les cacahouètes ou encore le gin et le vin. Cette mesure avait été annoncée par Pékin après la décision de Donald Trump de surtaxer en mai, à hauteur de 25 %, une large palette d’exportations chinoises vers les États-Unis, équivalant à 200 milliards $ par an. Une procédure est en cours pour imposer des droits de douane supplémentaires à la totalité des produits chinois destinés aux États-Unis.

(FXS)



Téléchargement