Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 21 février 2020

De Hollande à Macron


Il y a presque exactement cinq ans, le septième président de la Cinquième République, François Hollande, s'exprimait dans les colonnes d'Agra Presse à destination du monde agricole. Cette semaine, le huitième a choisi de ne pas s'exprimer dans la presse agricole, ni dans notre hebdomadaire, ni ailleurs. Pour parler d'agriculture à la veille du Salon de l'agriculture, Emmanuel Macron lui-même a préféré un pool de journaux de la presse quotidienne régionale (PQR), explique-t-on à l'Elysée ; en somme, le président a choisi de s'adresser à la ruralité, plutôt qu'aux agriculteurs directement. Dans une approche peut-être un peu corporatiste, le secteur agricole pourrait y voir une forme de déconsidération de la part de l'exécutif, surtout après la volonté affichée – puis ravisée – du ministre de l'Agriculture de briguer un mandat municipal en pleine négociation de la Pac. En deuxième analyse, le secteur pourrait aussi y voir le geste d'un président urbain en déficit d'image auprès du monde rural, avec qui la presse quotidienne maintient un lien fort ; le président tenterait ainsi de redorer son image en prenant la ruralité à témoin de son intérêt pour l'agriculture. Une telle interprétation n'est pas dénuée de logique. On peut imaginer enfin qu'en pleine polémique sur les phytos et les zones de non-traitement, Emmanuel Macron a souhaité rassurer les populations les plus riveraines de l'agriculture, les ruraux. Quelle que soit la vérité, cet épisode ne rapproche pas les agriculteurs du pouvoir.

Rédacteur en chef

Mathieu Robert