Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 08 janvier 2021

Dette, climat, patrie


Dans la période que nous traversons, d’augmentation exceptionnelle de l’endettement public, les attentes vont grandir envers les performances des économies nationales, premières garantes d’un remboursement serein des créances. Dans un pays comme la France qui n’est pas sûr de ses forces sur le marché mondial, la « consommation patriotique » a donc de beaux jours devant elle.

En octobre, 64 % des Français indiquaient avoir augmenté leur consommation de produits français, selon un sondage Opinionway. Boostés d’abord par les angoisses de pénurie au printemps, les Français les plus aisés et les plus concernés tentent de soutenir davantage leur économie.

L’agriculture a une vraie carte à jouer, car contrairement à d’autres produits de grande consommation comme les vêtements ou les téléphones, une alternative française existe presque pour chaque denrée, avec un surcoût le plus souvent modéré. Les plus fervents de nos « patriotes gastronomes » pourront aller jusqu’à préférer la chicorée au café.

Ce mouvement « patriotique », qui vient s’ajouter à la passion « locavoriste » ambiante, peut apparaître écolo à première vue, si l’on ne considère que la distance parcourue. Mais à l’exception des facteurs main-d’œuvre et mécanisation, la répartition des cultures à travers le monde suit bien souvent celle des conditions pédoclimatiques les plus favorables. Aller à leur encontre, c’est bien souvent recourir à davantage de chauffage, d’engrais ou de phytos. Pour ces raisons, l’arrivée des éco-scores – à condition qu’ils soient robustes – est salutaire.

Mathieu Robert



Téléchargement