Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 08 novembre 2019

L’Association nationale des animaux sous tension saisit la justice


Une douzaine d’éleveurs de plusieurs régions vont engager des procédures judiciaires pour faire reconnaître d’importants troubles, selon eux d’origine électrique, ayant un grave impact sur leur santé et celle de leurs animaux, rapporte l’AFP le 4 novembre. En cause à leurs yeux : l’installation d’une antenne-relais, d’une ligne à haute tension, d’éoliennes, d’un transformateur électrique, d’un parc photovoltaïque… à proximité de leurs élevages. Pour le président de l’Association nationale des animaux sous tension (Anast), Serge Provost, « au moins des centaines d’éleveurs sont concernés » par ces troubles qui affectent leurs élevages. Une action a également été engagée le 31 octobre contre le ministère de l’Agriculture devant le tribunal administratif de Paris pour que tous les documents du groupement permanent pour la sécurité électrique (GPSE), créé en 1999 pour comprendre l’origine des troubles, soient communiqués à l’Anast. « Il y a une organisation de l’opacité depuis de nombreuses années, on a rendu invisible ce qui aurait dû être porté à la connaissance de tous », dénonce l’avocat de l’association, mettant en cause un « lobby électrique » qu’il compare à celui de l’amiante et des pesticides.

Alizeé JUANCHICH



Téléchargement