Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 13 septembre 2019

L214 et le PCF


D’un point de vue purement politique, il y a sûrement des rapprochements utiles à établir entre la cause animale contemporaine et ce que l’on appelait au XIXe siècle la question sociale – toutes proportions gardées évidemment. Dans un contexte de grande transformation économique, le XIX a été le siècle de la question sociale, durant lequel sont nés des mouvements politiques complètement nouveaux, du communisme à la coopération, parfois dans la plus grande violence, ce qui inquiéta beaucoup les élites de l’époque.

Au XXe siècle, la grande transformation aura sûrement été, pour la France, celle de la fin du monde paysan et de l’exode rural, comme le rappelait souvent Michel Serres. Alors comment ne pas faire le lien entre cette révolution sociologique et le développement protéiforme et parfois violent – toutes proportions gardées – des mouvements de la cause animale, de la fin du XXe au début de ce siècle ? Environ deux tiers des jeunes Français devenus majeurs en 2019 sont nés dans une aire urbaine. Combien ont encore un lien direct avec le monde agricole, avec l’élevage ?

L’autre lien que l’on peut faire entre ces deux phénomènes, c’est que la cause animale ne réinvente pas le jeu politique. D’aucuns s’étonnent et doutent qu’une organisation qui prône l’abolition de l’élevage, comme L214, puisse plaider sincèrement pour une amélioration des conditions de vie des animaux. Mais quel est l’idéal du Parti communiste ? Le communisme. Et quel était le programme du PCF en 2017 : augmenter le Smic de 23 %.

Mathieu Robert



Téléchargement