Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 29 novembre 2019

La technique et le caractère


Gageons que le récent avis de l’Anses sur les variétés rendues tolérantes à un herbicide (VRTH) contribuera à clarifier le débat sur la modification génétique (OGM, NBT) dans son ensemble. Dans ce document, l’agence nous dit que ces variétés de colza ou de tournesol, du fait de leur caractère résistant à un herbicide, méritent un suivi particulier de leurs effets en champs, et ce quelle que soit la technique dont elles sont issues (sélection traditionnelle ou mutagénèse aléatoire).

L’Anses nous rappelle, au travers de cet avis, que la technique (sélection massale, variétale, OGM, NBT…) et le caractère (Round-up Ready, BT, Terminator…) qu’elles permettent d’obtenir ouvrent deux débats importants, mais distincts, qui ne l’ont malheureusement pas toujours été. Bien souvent, le caractère a servi à discréditer la technique, ce que la Confédération paysanne continue de faire.

L’exemple le plus frappant de cette confusion a été la méthodologie employée par Gilles-Eric Séralini dans sa malheureusement célèbre étude de 2012 sur les maïs NK 603 résistant au Round-up. L’étude portait pêle-mêle sur la toxicité des OGM aux herbicides, sans aucun témoin OGM non traité aux herbicides. Même si elle avait été sérieuse, l’étude ne pouvait pas incriminer la technique OGM, comme c’était le but.

C’est dommage, car tout comme le débat sur les nouvelles techniques de modification génétique (NBT), celui sur les caractères résistants aux herbicides doit être conduit au fond. Et visiblement, il ne l’a pas été jusqu’ici, selon le rapport de l’Anses.

 

Mathieu Robert



Téléchargement