Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 26 juillet 2019

Le Canada autorise bien certaines protéines de ruminants pour nourrir des ruminants


Malgré une interdiction de principe de l’alimentation des ruminants à base de farines issues de ruminants depuis 1997, la législation canadienne autorise l’utilisation de certaines protéines, comme les farines de sang et la gélatine, précise à Agra Presse l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) le 19 juillet. Ces aliments sont interdits dans l’UE.

« Ces matières ne présentent pas de risque en ce qui concerne la propagation de l’ESB », commente l’organisme canadien. Le 15 juillet dernier, le ministère de l’Agriculture assurait pourtant qu’au Canada, l’utilisation de farines issues de ruminants était interdite pour les ruminants, ce qui est donc vrai en principe, mais pas tout à fait en pratique.

Au-delà de ces interdictions, les ruminants du Canada peuvent être nourris par des farines à base de volailles, mais aussi de certains mammifères, comme les porcs et équidés, ce qui est, là aussi, est interdit par l’Union européenne. À l’époque de la crise de la vache folle, des contaminations croisées dans les camions étaient en effet possibles, et le principe de précaution, lié à une forte demande sociétale, avait été privilégié en UE, explique-t-on au ministère. Ces contaminations croisées ne seraient aujourd'hui plus possibles.

Au Canada, les autres animaux non ruminants peuvent être nourris par tout type de farines. En 2007, Ottawa a toutefois interdit l’utilisation de certaines « matières à risque spécifiée », issues de bovins pour l’alimentation de tous les animaux. Sont concernées les crânes, cervelles, ganglions trigéminés, yeux, amygdales, moelle épinière, ganglions de la racine dorsale des bœufs de trente mois ou plus, et l’iléon distal des bœufs de tous âges.

La législation canadienne autorise l’utilisation des farines de sang et de la gélatine

FC