Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 08 juin 2018

Pollinisateurs : Bruxelles lance une initiative européenne qui vise les habitats et les pesticides


La Commission de Bruxelles a présenté le 1er juin une initiative européenne visant à lutter contre le déclin des pollinisateurs sauvages. Il s’agit notamment de faire un état des lieux de ces insectes et de leurs habitats, de renforcer la surveillance de la présence de pesticides dans l’environnement et de prendre des mesures correctives si nécessaire. Un premier point sera réalisé en 2020.


La Commission européenne a lancé le 1er juin une initiative pour lutter contre le déclin des pollinisateurs sauvages (abeilles, papillons…). Elle fixe un certain nombre d’objectifs à atteindre à long terme à l’horizon 2030 et des mesures à mettre en œuvre d’ici 2020. Parmi ces mesures : un suivi des pollinisateurs afin de connaître l’état de conservation et les évolutions des différentes espèces ; la fixation d’une liste des habitats importants pour les insectes pollinisateurs, l’évaluation de leur état et des plans d’actions pour les préserver ; un programme de surveillance de la présence de pesticides dans l’environnement ; le renforcement de l’évaluation des risques que présentent les pesticides sur les pollinisateurs et si besoin des mesures de restriction ; et des actions de sensibilisation.

« Nous faisons déjà beaucoup, dans le cadre du réseau Natura 2000 pour enrayer le déclin des pollinisateurs. Toutefois, nous devons de toute évidence redoubler d’efforts », a expliqué le commissaireeuropéen à l’environnement, Karmenu Vella.

Pas de mesures concrètes

Avec cette stratégie, la Commission veut se concentrer sur les pollinisateurs sauvages car des actions spécifiques pour les pollinisateurs domestiques ont déjà été mises en place en soutenant la santé des abeilles et l’apiculture (questions vétérinaires, pratiques apicoles, etc.). « Mais la grande majorité des pollinisateurs sont des espèces sauvages. En se concentrant sur eux, l’initiative de l’UE sur les pollinisateurs s’attaque aux défis communs à tous les pollinisateurs. En tant que tel, il apportera également une contribution fondamentale à la santé des abeilles mellifères et complétera le soutien actuel de l’UE en faveur de la santé des abeilles et de l’apiculture », assure Bruxelles. Au vu des progrès réalisés, elle décidera en 2020 s’il convient de proposer de nouvelles actions.

Aux yeux de l’ONG WWF, si les intentions de la Commission sont bonnes, la proposition manque d’ambition faute de mesures concrètes pour s’attaquer aux facteurs les plus importants du déclin des pollinisateurs, l’agriculture intensive, l’utilisation des pesticides et le changement d’affectation des terres.

Au moins cette initiative « a-t-elle le mérite de mettre le déclin des pollinisateurs en meilleure place sur l’agenda politique, mais, en l’absence de législation, elle ne permettra pas de mettre un terme à ces pratiques », regrette WWF.

AG



Téléchargement