Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 20 mars 2020

Pour les stocks


À la sortie de cette crise sanitaire inédite, il sera probablement question de stockage. Face aux difficultés logistiques et aux baisses d’activité provoquées par le manque de main-d’œuvre, et face aux comportements de sur-consommation observés chez les consommateurs comme chez les agriculteurs, on se demandera sûrement comment constituer davantage de stocks tout au long des filières agricoles ? En effet, pour optimiser le confinement de chacun et travailler plus sereinement, il aurait été utile que nous ayons tous, consommateurs et entreprises, davantage de stocks d’avance.

L’opposition allemande doit aujourd’hui se mordre les doigts d’avoir raillé le dernier plan de protection civile mis en place par Berlin en 2016. En vue de préparer des « scénarios catastrophe », ce plan incite les citoyens allemands à stocker chez eux de quoi se nourrir pendant 10 jours. On voit aujourd’hui l’utilité de ce type de mesure, qui pourrait s’appliquer dans nos filières, dans les silos, les hangars, les frigos, les entrepôts.

Il faut ajouter que ce type de mesure prenait déjà tout son sens dans le contexte de dérive climatique. Un récent rapport du cabinet de conseil McKinsey est venu le rappeler ces derniers mois. Pour lutter contre la variabilité des prix, pour éviter partout les ruptures d’approvisionnement, les stocks sont plus que jamais stratégiques. Problème, les stocks ne sont pas gratuits, il va donc falloir investir massivement. Cet épisode du coronavirus doit achever de nous convaincre que c’est un investissement utile.

Mathieu Robert



Téléchargement