Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 25 octobre 2019

Propositions de France Stratégie sur la Pac : les réactions


Silence radio à la FNSEA, satisfaction à la Confédération paysanne, prudence chez les JA et opposition de la Coordination rurale. Agra Presse a recueilli les réactions des syndicats aux propositions de France Stratégie.


« Nous sommes un peu tombés de notre chaise lors de la présentation du rapport », témoigne Nicolas Girod, porte-parole de la Confédération paysanne, interrogé par Agra Presse le 24 octobre. Le syndicat évoque un rapport « assez révolutionnaire », à laquelle il ne s’attendait pas de la part de France Stratégie. Pour la Conf’, le grand motif de satisfaction, c’est d’abord le choix de basculer vers les aides à l’actif : « C’est quelque chose que l’on revendique depuis longtemps, pour limiter la concentration des fermes. Plus il y a aura de paysans, mieux on pourra réussir la réorientation de la Pac. »

L’autre point de satisfaction pour la Conf’, c’est le principe de bonus-malus environnemental : « Cela a pu faire débat en interne, mais la façon dont c’est présenté nous parait cohérente ; c’est n’est pas seulement le bâton. Et le fait d’avoir une période de transition sur sept ans nous parait adapté. » Toutefois, M. Girod met en garde contre la tentation d’un « coup de bâton trop violent » : « Nous avons conscience que beaucoup de personnes sont coincées dans des systèmes. Et il faudra sûrement aménager le système en fonction des types d’exploitation ». Pour la Conf’, le principal « point de désaccord » se situe sur la partie consacrée à la régulation : « Nous devons réfléchir à reconstruire de vrais outils de régulation, pas seulement des pansements », affirme le porte-parole.

« Il faut s’entendre sur une définition de l’actif »

Du côté des Jeunes agriculteurs (JA), l’avis est « plutôt mitigé ». Comme la Conf’, le syndicat milite de longue date pour la fin du couplage des aides à l’hectare et voit plutôt d’un bon œil la proposition de créer une aide à l’actif. Encore faut-il s’entendre sur l’actif et ne pas la conditionner uniquement à ce critère : « Il faut prendre nos distances avec l’aide à l’hectare, car ce n’est pas structurant. Et une partie des aides vont déjà dans ce sens, comme la majoration des aides aux 50 premiers hectares, explique Julien Caillard, responsable Pac pour les JA. Mais il ne faut pas en faire seulement une aide à l’actif ; il faut notamment que cela soit accompagné d’un projet. » Et surtout, soulignent les JA, « il faut s’entendre sur une définition de l’actif. Notre objectif, c’est que des jeunes s’installent, pas de conforter des exploitations avec beaucoup de salariés. Si on ne fait pas de différence entre l’actif et le salarié, on financera une autre forme d’agrandissement. On pourrait aggraver le problème, plutôt que de le régler. »

Les JA mitigés, la CR dubitative

Concernant les bonus-malus, le syndicat est également mitigé : satisfait du côté incitatif, moins par les sanctions. Toutefois, le jeune syndicaliste apprécie l’idée que les bonus ne soient pas financés par le budget de la Pac, mais par une nouvelle taxe, sur les phytos notamment. « Quelle sera la pérennité de cette taxe si l’usage des produits phytos diminue ? », s’interroge toutefois Julien Caillard. Enfin, les JA ne voient pas d’un bon œil l’avis défavorable du rapport sur les aides contracycliques, que le syndicat soutient, associé à de la régulation. Contactée par Agra Presse, la FNSEA n’a pas souhaité faire de commentaire.

Quant à la Coordination rurale, elle se dit « dubitative » face aux propositions. « Ceux qui ont pondu ce rapport ont une vision financière, c’est un rapport sur le dos de l’agriculture, mais pas pour l’agriculture », estime le président du syndicat Bernard Lannes. « On pourrait comprendre en principe le principe du bonus-malus, mais pour un céréalier moyen, je ne vois pas où sera le bonus. Par contre, il sera davantage taxé sur les phytos, tandis que d’autres pays d’Europe les achèteront à moindre coût. C’est la technique de la répression, et en plus ils ne parlent pas de régulation et de revenu. C’est une insulte. »

La Confédération paysanne syndicat évoque un rapport « assez révolutionnaire »

MR



Téléchargement