Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 14 février 2020

Soupçon de fraudes dans un laboratoire allemand chargé d’études réglementaires


Un rapport publié le 11 février par trois associations germanophones dénonce des fraudes au sein du Laboratoire de pharmacologie et toxicologie (LPT) de Hambourg, un établissement spécialiste des expérimentations sur les animaux à l’origine de 21 études sur les 150 faisant partie du dossier de réapprobation du glyphosate en 2017. Pour justifier leurs accusations, les associations se basent sur les témoignages de cinq anciens salariés du LPT publiés par la télévision publique allemande fin 2019. Entre 2003 et 2019, ces laborantins auraient constaté le remplacement d’animaux décédés par des animaux vivants avec échange des numéros d’identification, des falsifications de chiffres, ainsi que la modification de mentions de tumeurs par le terme « inflammation ». Le rapport précise que sur les 46 rapports dédiés spécifiquement au caractère génotoxique du glyphosate, 3 auraient été conduits par LPT. Dans la mesure où le LPT est certifié GLP (Good Laboratory Practices), un prérequis pour les laboratoires en charge des études exigées dans les dossiers d’autorisation, les associations estiment que l’affaire « confirme l’urgence d’une réforme fondamentale du système permettant d’identifier les risques liés aux produits chimiques.

Ivan LOGVENOFF