Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 19 avril 2019

Supprimer la Pac…


Ce n’est pas la première fois que la suppression de la Pac est évoquée au motif qu’elle a atteint – depuis longtemps – l’objectif initial qui lui était fixé, celui de la sécurité alimentaire de l’Union européenne. Cette fois, l’économiste Jacques Delpla veut lui substituer une politique européenne de protection du patrimoine. Au-delà des quelques jours d’émotion qui ont suivi l’incendie de Notre-Dame, pas sûr que sa proposition fasse florès. Mais les arguments en faveur du démantèlement de la Pac sont à prendre au sérieux. Oui, les plus libéraux ont sûrement raison de dire que l’UE – en particulier à l’Ouest – pourrait aujourd’hui assurer sa sécurité alimentaire par un marché complètement ouvert ; elle pourrait choisir d’acheter ses produits partout dans le monde, car le pouvoir d’achat européen est l’un des plus élevés au monde. Si tel était le cas, les agriculteurs les moins compétitifs en paieraient le prix fort, ainsi que les territoires où ils résident et dont ils constituent souvent les derniers moteurs économiques. À ceux qui s’en moqueraient, on pourra aussi arguer que le moment est très mal choisi. La décennie passée est celle durant laquelle les consommateurs français ont arrêté de dépenser moins dans l’alimentaire. Et toutes les études nous disent qu’ils sont prêts à payer plus pour davantage de qualité. Autrement dit l’alimentation est un secteur porteur – cela fait très longtemps que cela n’était pas arrivé. Ce n’est donc pas le moment de déstabiliser l’agriculture européenne. Au contraire, il faut lui donner un coup de pouce.

Mathieu Robert



Téléchargement