Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 17 mai 2019

Transparente insuffisance


Les révélations du Monde et de France 2 sur le fichage de personnalités, organisé pour le compte de Monsanto, ont complètement occulté une autre révélation du quotidien, publiée le lendemain, dont le contenu paraît pourtant bien plus intéressant. Le Monde fait suite à une enquête conduite en 2015 par le New York Times qui dévoilait la stratégie d’influence de Coca-Cola auprès de la communauté scientifique mondiale ; cette stratégie visait à mettre en avant le rôle de l’activité physique, au détriment de celui de l’alimentation, dans les problèmes d’obésité. Suite à ces révélations, Coca-Cola a voulu faire montre de transparence, en dévoilant une partie de ses financements à la recherche. La déclinaison en France de ces documents a donné lieu à l’enquête du Monde. Elle démontre ceci : Coca-Cola n’a pas de mal à trouver en France des praticiens/chercheurs de la fonction publique prêts à accepter de travailler pour lui – parfois pour de modiques sommes. Ces révélations auront-elles des effets sur les personnalités citées dans l’article ? Pas certain. Dans cette affaire, il semble que la transparence ne serve qu’à constater les collusions, car les personnes concernées ne risquent pas grand-chose à poursuivre ces pratiques. Alors à moins que l’on se résolve à ne plus croire médecins et chercheurs – et nous sommes en très bonne voie –, il faut, de toute urgence, placer un cordon sanitaire entre la fonction publique, et le monde des entreprises. Au degré de confusion que l’on atteint, plus personne n’a intérêt au statu quo. Le glyphosate est un bel exemple.

Mathieu Robert



Téléchargement