Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 16 novembre 2018

Trois propositions pour réformer la gouvernance des coopératives


Les enseignants-chercheurs Xavier Hollandts et Bertrand Valiorgue ont avancé le 13 novembre trois propositions pour réformer la gouvernance des coopératives agricoles. « Il faut repenser le fonctionnement et l’animation des sections, redimensionner les conseils d’administration et mieux contrôler les filiales », selon Bertrand Valiorgue. Lors d’une conférence le 13 novembre auprès de la SFER (Société française d’économie rurale), l’enseignant-chercheur a fait part de ses suggestions, avec son confrère Xavier Hollandts de l’Université de Clermont Auvergne.

L’une vise à établir un Pacte d’orientation coopérateurs (POC) en assemblée générale. Il s’agit de « formaliser la raison d’être de la coopérative à travers un document de synthèse » qui fera l’objet d’une discussion en assemblées de section et d’un vote en AG. Le POC délimite les grandes orientations à long terme.

Selon eux, une bonne gouvernance passe également par l’installation de comités spécialisés dans les conseils d’administration : un comité des rémunérations et des nominations, un comité d’audit, un comité des filiales et des participations, un comité vie coopérative et développement durable. Ils sont susceptibles de « faire monter en compétence les administrateurs », leur permettant aussi de « s’appuyer sur des expertises et points de vue externes ».

Autre proposition : impliquer les administrateurs de la coopérative mère dans la gouvernance des filiales. L’idée est de renforcer le contrôle que les administrateurs et les agriculteurs peuvent avoir des différentes filiales constitutives du groupe. Trois mesures phares sont avancées : donner la présidence des principales filiales à des vice-présidents de la coopérative mère ; harmoniser les outils de reporting pour comparer les niveaux de performances et de risques ; proposer un découpage du groupe et une mise en cohérence des filiales qui reflètent la politique de filière de la coopérative.

« Formaliser la raison d’être de la coopérative »

JCD