Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 14 février 2020

UE/Cambodge : suspension de préférences tarifaires, mais pas sur le riz


La Commission européenne a confirmé le 12 février sa décision de suspendre temporairement une partie des préférences tarifaires dont bénéficie le Cambodge dans le cadre du régime « Tout sauf les armes ».

Les préférences tarifaires seront remplacées par les droits de douane standards de l’Union européenne sur la nation la plus favorisée pour certains vêtements et chaussures, tous les articles de voyage et le sucre. Un accès dont bénéficient 5,3 milliards € d’importations cambodgiennes (soit 45 % des exportations du Cambodge). Les marchandises concernées représentent un cinquième des exportations annuelles du Cambodge vers l’Union. Sauf objection du Parlement européen ou du Conseil, cette modification entrera en vigueur le 12 août 2020.

Et le riz ?

Le président du syndicat agricole italien Confagricoltura a vivement regretté que le riz ne fasse pas partie de la liste de produits concernés. La Commission européenne a justifié cette décision par le fait que le riz du Cambodge (et de la Birmanie) de type indica était déjà couvert par le déclenchement en janvier 2019 (1) d’une clause de sauvegarde lui réimposant pour trois ans un droit de douane de 175 €/tonne progressivement réduit à 150 €/t en 2020 et 125 €/t en 2021.

Bruxelles souhaite sanctionner le gouvernement cambodgien accusé de violations graves et systématiques des conventions sur les droits de l’homme et du travail. Par ailleurs, la Commission européenne a publié le 10 février son rapport bisannuel sur ce système de préférences commerciales généralisées de l’UE – abolissant les droits tarifaires sur les importations de 71 pays en développement – qui montre que les importations dans ce cadre ont atteint de nouveaux records à hauteur de 69 milliards € d’exportations en 2018. En raison de leurs revenus, certains pays bénéficiaires de ce dispositif ont perdu (l’Arménie en 2018, le Sri Lanka en 2019) ou perdront (Nauru, Samoa et Tonga en 2021) leur statut et d’autres sortiront du système « Tout sauf les armes » réservé aux pays les moins développés, tels que le Bhoutan (en 2023) et sans doute aussi le Bangladesh, le Laos ou le Myanmar.

(1) Voir n° 3676 du 21/01/2019

(AG)



Téléchargement