Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 08 novembre 2019

Un observatoire européen pour le vin, dans un contexte d'inquiétude sur les marges


La Commission européenne a lancé le 4 novembre, comme cela a déjà été fait pour les secteurs de la viande, du sucre, des grandes cultures ou dernièrement des fruits et légumes (1), le nouvel observatoire du marché vitivinicole, qui vise à améliorer la transparence et la connaissance du marché. L'observatoire couvrira tous les types de vins (rouges, blancs et rosés), sous appellation (AOP, IGP) ou non. Il fournira des données de marché sur les prix, la production, les stocks, et le commerce complétées par des analyses, des rapports de perspectives à plus ou moins long terme, et des réunions régulières de son conseil d'administration composé d'experts du marché pour discuter de son évolution.

« Aujourd'hui, les viticulteurs européens ont deux grandes inquiétudes : d'une part la détérioration de leur situation économique en raison du ralentissement économique mondial et de la diminution de leurs marges, et de l’autre le changement climatique », ont indiqué, lors d'un atelier organisé le 5 novembre à Bruxelles, la Confédération européenne des vignerons indépendants (Cevi) et les organisations et coopératives agricoles de l'UE (Copa-Cogeca). « Ces trois dernières années, les conditions économiques des producteurs de vin se sont dégradées dans certaines régions productrices, même si le vin est toujours en tête des exportations agroalimentaires. Les prix sont bas et les marges des producteurs ne cessent de diminuer », constatent les deux organisations syndicales. Elles rappellent que la transition vers une production plus durable s’accompagne de coûts qui ne doivent pas être endossés uniquement par les producteurs, et demandent donc « un budget de la Pac solide » et un cadre législatif soutenant l'évolution du secteur.

(1) Voir n° 3714 du 28/10/2019

(AG)



Téléchargement