Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 08 novembre 2019

Un pas franchi vers l’affichage de l’origine des viandes en restauration


La balle arrive dans le camp de Bruxelles. Après la concertation, le 29 octobre, entre les professionnels, les consommateurs et le ministère de l’Agriculture, le décret sur l’affichage de l’origine des viandes en restauration devrait bientôt être envoyé à la Commission européenne. Lors de cette réunion, qui s’est tenue sous l’égide de la DGPE (ministère), un consensus se serait dégagé sur le projet de décret présenté par les pouvoirs publics. Aujourd’hui, les restaurants ont pour seule obligation d’afficher l’origine des viandes bovines.

Ce texte, qu’Agra Presse s’est procuré, vise à étendre cette disposition aux viandes ovines, porcines et de volailles. « Le décret est prêt et doit maintenant être envoyé pour validation à la Commission européenne », explique-t-on chez Anvol (interprofession des volailles de chair). Un calendrier qui devrait permettre de tenir le délai promis par le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume le 15 octobre, à savoir une application en avril 2020. En pointe sur ce dossier, les aviculteurs espèrent que l’affichage de l’origine leur permettra de mieux se défendre contre la concurrence étrangère, dominante dans le segment en croissance de la RHD.

Afin de se conformer à la réglementation européenne, l’obligation d’affichage pour les viandes ovines, porcines et de volailles portera sur la mention « élevé et abattu », sans indication du lieu de naissance. Au contraire, les règles déjà en vigueur pour la viande bovine prévoient la mention du lieu de naissance. « Nous avons sondé nos adhérents et ils souhaitent le même affichage pour toutes les viandes », explique de son côté Marie-Cécile Rollin, la directrice de Restauco (réseau interprofessionnel de la restauration collective). « Ils sont volontaires pour aller plus loin que l’obligation en affichant la mention " né, élevé et abattu ". » Restauco se félicite de l’obligation de l’affichage de l’origine des viandes, qui « va dans le sens des mesures de la loi Egalim ».

Les mentions obligatoires ne porteraient pas sur le lieu de naissance

YG



Téléchargement