Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 27 juillet 2018

Une mortalité par suicide inférieur parmi les salariés agricoles par rapport à la population générale


Les salariés affiliés à la MSA en activité entre 2007 et 2013 présentent « une sous-mortalité par suicide » « par rapport à la population générale de même sexe et de même âge ». C’est l’une des principales conclusions d’une étude présentée dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) mardi 24 juillet. Sur cette période on a dénombré 692 suicides, dont 79 chez des femmes, ce qui correspond à des taux de décès de 22 pour 100 000 chez les hommes et 4 pour 100 000 chez les femmes. La sous-mortalité est plus prégnante chez les femmes que chez les hommes.

Pour mesurer l’écart, la MSA compare la mortalité des salariés agricoles à celle d’une population générale qui serait constituée des mêmes classes d’âge et répartition hommes-femmes que la population d’étude. Ainsi, le nombre de suicides est 54 % inférieur par rapport à la population française de même sexe et de même âge chez les femmes et 19 % chez les hommes. Les auteurs rappellent que cette sous-mortalité par rapport à la population générale est « classiquement observée dans la surveillance des cohortes professionnelles » notamment sous l’effet d’un mécanisme dit « effet du travailleur sain » traduisant l’exclusion de l’emploi des personnes déjà en mauvaise santé ou pas en capacité de travailler.

Surtout les auteurs comparent leurs résultats à une étude similaire chez les exploitants agricoles menée entre 2007 et 2011 et ayant conclu à « un excès de mortalité par suicide des exploitants par rapport à la population générale » chez les hommes, notamment dans la classe d’âge 45 à 54 ans et dans la filière d’élevage bovins-lait. « Les exploitants ont un risque de décès par suicide plus élevé que la population de notre étude », note les auteurs.

RO



Téléchargement