Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 13 septembre 2019

Xylella fastidiosa : deux premiers cas d’oliviers contaminés en France


Deux oliviers ornementaux affectés par la bactérie Xylella fastidiosa qui décime les plantations du sud de l’Italie ont été découverts en France dans la région Provence-Alpes-Côtes d’azur. Des mesures de lutte ont été mises en place (arrachage des arbres, surveillance renforcée). Mais cette découverte inquiète les producteurs corses d’huile d’olive.


Deux premiers cas d’oliviers contaminés en France par la bactérie Xylella fastidiosa ont été identifiés en région Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca), a annoncé le 6 septembre le ministère de l’Agriculture français. « La contamination de deux oliviers vient d’être confirmée à Antibes et à Menton », ajoute le ministère qui précise qu’il s’agit de « deux oliviers d’ornement » qui seront « arrachés et détruits dans les tout prochains jours ». « Une surveillance renforcée de tous les végétaux dans un rayon de 5 kilomètres » devrait également être mise en œuvre. Les deux arbres se situent « déjà en zone délimitée vis-à-vis de Xylella fastidiosa », depuis lesquelles le transport de plantes vers des zones indemnes est interdit, rappelle le ministère. La bactérie a déjà été détectée sur des plantes ornementales, mais pas des oliviers, dans la région Paca ainsi qu’en Corse depuis 2015.

Depuis 2015, quelque 5 100 échantillons d’oliviers avaient été analysés dans la région mais aucun ne s’était, jusqu’à présent, révélé positif. La souche de la bactérie découverte à Menton est la même que celle qui affecte le sud de l’Italie.

Les deux oliviers contaminés ne sont néanmoins « pas deux nouveaux cas. Ce sont deux cas connus depuis 2015 », a précisé à Agra Presse Laurent Belorgey, président de l’Afidol (Association française interprofessionelle de l’olive). « Depuis ils ont été suivis avec des analyses régulières » dont les plus récentes se sont révélées positives, après plusieurs résultats négatifs.

La Corse menacée

Le Syndicat interprofessionnel des oléiculteurs de Corse (Sidoc) a réagi en estimant « délirant et illusoire de vouloir faire croire que seuls deux arbres sont touchés », dans une lettre adressée aux pouvoirs publics locaux le 9 septembre. Sa présidente, Sandrine Marfisi, estime l’extension de la bactérie sous-évaluée et appelle les autorités à « prendre la mesure des enjeux et agir ». En avril 2018, des oliviers ornant des ronds-points de routes territoriales de Corse avaient été testés positifs à la Xylella Fastidiosa par l’Institut français de recherche agronomique (Inra) sur des prélèvements réalisés par le Sidoc, mais ces tests avaient ensuite été contredits par d’autres analyses officielles menées par l’Agence française de sécurité des aliments (Anses). Ces oliviers sont « toujours en place, officiellement sains… toujours contaminants », estime Sandrine Marfisi. Selon le Sidoc, 10 127 oliviers auraient été importés en Corse depuis début 2019, sur dérogation, malgré un arrêté interdisant l’entrée dans l’île de végétaux sensibles à la bactérie.

L’Office alimentaire et vétérinaire de l’UE (OAV) avait estimé dans un rapport que le dispositif français de lutte contre Xylella fastidiosa présentait des lacunes notamment dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur et en Corse (1). Mais aucune procédure n’a été lancée contre la France.

L’Italie, par contre, a été condamnée le 5 septembre par la Cour de Justice de l’UE pour manquement à ses obligations dans la lutte contre la bactérie qui décime les oliviers de la région des Pouilles dans le sud du pays (2).

(1) Voir n° 3704 du 05/08/2019

(2) Voir n° 3707 du 09/09/2019

(RO, AG)



Téléchargement