Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 13 décembre 2019

Fromages fermiers : l’Assemblée dit oui à l’affinage hors de l’exploitation


Les députés ont voté, lors de la séance publique du 4 décembre, en faveur d’un article permettant à tous les fromages fermiers (sous signes officiels de qualité ou non) de pouvoir être affinés en dehors de l’exploitation, sous condition de l’indiquer aux consommateurs. Les modalités d’étiquetage du produit seront définies ultérieurement par décret.

L’examen de cet article a donné lieu à des échanges nourris au sein de l’hémicycle, certains députés mettant en avant le risque d’industrialisation de l’affinage. Le député autonomiste corse Jean-Félix Acquaviva déplore une disposition qui va créer « une distorsion » sur sa région. « Chez nous, les producteurs sont des affineurs », témoigne-t-il.

D’autres défendant les petites exploitations n’ayant ni la place ni les ressources nécessaires pour réaliser l’affinage. Une position que partage le ministre de l’Agriculture. « On peut être éleveur, faire du fromage fermier, et ne pas pouvoir affiner sur son exploitation », a défendu Didier Guillaume.

Dominique Chambon, vice-président de la Cnaol (AOP laitières), interrogé par Agra Presse, se félicite de cette adoption qui met un terme à un vide juridique. En effet, en 2015, le Conseil d’Etat avait supprimé, du décret définissant un fromage fermier, toute référence à l’affinage à l’extérieur de l’exploitation. Si, dans les faits, les pratiques perduraient sans crainte de l’administration, elles se déroulaient en dehors de tout cadre réglementaire.

La Fnec (éleveurs de chèvres, FNSEA) se félicite de cette décision. « Cela va nous permettre d’avoir enfin un cadre de discussion pour trouver la meilleure façon d’assurer la bonne information du consommateur, affirme Jean-Philippe Bonnefoy, vice-président du syndicat. Mais aussi de nous garantir en tant que producteur, qu’on s’y retrouve en termes de valorisation de notre produit et de notre travail ». Dans son communiqué le 5 décembre, la Fnec assure que, dans le cadre de la concertation sur le décret, elle « restera très attentive à fournir une information au consommateur qui valorise tout le travail fait par le producteur fermier ».

En Corse, « les producteurs sont des affineurs »

AJ



Téléchargement