Politique agricole

Christiane Lambert, Edgard Pisani et José Bové, militants de l’exception agricole

Christiane Lambert, Edgard Pisani et José Bové ont longuement plaidé, à l’occasion d’une rencontre le 3 mars sur le Salon de l’agriculture, pour la prise en compte d’une réelle exception agricole, tant dans les négociations internationales qu’au sein de l’Europe et de la France en particulier. La rencontre, à laquelle participait aussi le journaliste Jean-Claude Guillebaud, avait été organisée par Edgard Pisani à l’occasion de la publication récente de son livre qu’il entend être un prétexte à débat et rencontres. « », confiait l’ancien ministre à l’issue de la réunion tenue devant une salle comble. Plus qu’un débat frontal, il s’est agi d’une série de plaidoyers pour que l’agriculture bénéficie d’un statut particulier dans la mondialisation actuelle si « o », selon les mots d’Edgard Pisani.

« Il ne s’agit pas d’être pour ou contre la mondialisation mais de savoir quelle mondialisation nous voulons», faisait remarquer Christiane Lambert reprenant un propos du philosophe André Comte-Sponville et rappelant les réflexions multiples des Jeunes agriculteurs sur ce sujet. Celles-ci avaient commencé dès 1990 avec un rapport sur «une agriculture à visage humain» pour se poursuivre en 1997 par exemple avec les travaux sur les multiples contributions de l’agriculture et ce qui devait déboucher sur les CTE.