Crise agricole : Bruxelles affine son dispositif

La Commission européenne reste très pessimiste concernant le secteur laitier dans les mois à venir. Elle espère que le dispositif de gestion volontaire de l’offre aura un impact. Mais l’absence de fonds communautaires pour inciter les agriculteurs à s’emparer de cette mesure est vivement critiquée par les parlementaires européens et les organisations agricoles. Bruxelles pourrait dégager quelques fonds supplémentaires au mois de juin, mais qui ne permettront pas de soutenir un vaste plan de réduction de la production. En attendant, celle-ci continue de flamber (+7,6 % en un an sur les deux premiers mois de 2016).

La dernière réunion en date, le 26 avril, de l’Observatoire européen du marché laitier le confirme, la situation du marché lait est très mauvaise, et de très grandes difficultés sont à attendre cet automne pour les éleveurs si aucune amélioration de l’équilibre entre offre et demande n'est obtenue. Bruxelles compte sur le dispositif de gestion volontaire de l’offre pour inciter les producteurs à lever le pied.