Loi de modernisation de l’économie

Dernière ligne droite avant l’examen à l’Assemblée

Dans quelques jours, l’Assemblée nationale prendra en main la loi de modernisation de l’économie (LME). Une loi très contestée principalement parce qu’elle libéralise totalement les relations entre fournisseurs et distributeurs. Cependant, un cadre spécifique devrait être réservé aux produits agricoles non transformés, mais la liste ne concernerait que les fruits et légumes et les pommes de terre. Le président de la FNSEA est monté au créneau.

Après une heure d’entretien avec Nicolas Sarkozy le 9 mai, Jean-Michel Lemétayer (FNSEA) et Jean-René Buisson (Ania) ont rencontré durant la semaine du 12 mai, François Fillon ainsi que des parlementaires, dont Jean-Paul Charié (UMP, Loiret). Objectif : obtenir que des amendements modifient la loi de modernisation de l’économie (LME), dont les députés se saisiront en fin de mois. Celle-ci prévoit notamment une libéralisation complète des relations commerciales, permettant aux grandes surfaces d’obtenir des réductions de prix auprès de leurs fournisseurs.