Droits à paiement unique

Dominique Bussereau veut renégocier à Bruxelles

Alors que près de 10 pays ont déjà commencé la mise en œuvre technique de la nouvelle réforme de la Pac, la France tergiverse à nouveau sur la mise en œuvre des DPU (droit aux paiements uniques). La raison : le syndicalisme majoritaire, FNSEA en tête, souhaite la prise en compte d’une nouvelle période de référence historique (2005 par exemple) pour le calcul des DPU des exploitants. Le motif : résoudre un certain nombre de cas complexes. Ils donneraient lieu à une taxation supplémentaire des exploitants en activité pour alimenter la réserve de droits. Ce qui dans un contexte de morosité ambiante chez les agriculteurs est très critiqué. Nouveau venu à l’Agriculture, Dominique Bussereau assure qu’il va renégocier à Bruxelles. De quelle marge de manœuvre dispose-t-il réellement?

Le syndicalisme majoritaire, FNSEA en tête, fort de son bras de fer avec l’ancien ministre de l’Agriculture sur la conditionnalité des aides, s’est engagé tout récemment sur le terrain miné des DPU. S’exprimant le 5 janvier, Jean-Michel Lemétayer a plaidé pour un changement de période de référence historique pour le calcul des DPU (droit aux paiements uniques). D’autant que l’arrivée du nouveau ministre Dominique Bussereau relance pour certains le dossier et pour beaucoup les espoirs.