Réforme de la Pac

La baisse de production chez nos voisins profiterait à la France

Le fait que la France ait opté pour le recouplage partiel alors que ses voisins ont choisi le découplage total doit permettre à la France de leur prendre des parts de marché. C’est ce qui est ressorti d’une table ronde, le 19 janvier à l’Académie d’agriculture, sur l’application de la réforme de la Pac dans les Etats membres. Les représentants britanniques, allemands et néerlandais le reconnaissent mais se félicitent de cette réforme. Ils partagent avec les responsables français l’inquiétude quant à l’avenir du financement de la Pac.

Lors d’une séance à l’Académie d’agriculture sur la réforme de la Pac le 19 janvier, Ludwig Sättler, premier conseiller à l’ambassade d’Allemagne en France, a expliqué qu’une étude d’un institut de recherche allemand montre que les exploitations laitières intensives allemandes vont perdre jusqu’à 20 % de leur revenu. « Cela devrait toucher 40 % des exploitations laitières », a-t-il précisé. « Les producteurs de viande seront aussi perdants, de même que les producteurs de maïs, a-t-il ajouté. Nous allons sans doute donner le marché aux Français ».