Stratégie

La FNSEA veut mettre de la souplesse dans la Pac

La FNSEA a fait un grand pas. L’engagement de la FNSEA pour « un système harmonisé des paiements directs que touchent les paysans français » est une « position forte », a insisté Jean-Michel Lemétayer, son président de la FNSEA, le 8 juillet. Une position courageuse pour le syndicat qui nécessite néanmoins de donner du temps au temps, « pas moins de 7 années » face à des pays partenaires de l’UE déjà sur ce mode de répartition des aides directes depuis la réforme de la Pac de 2003. La FNSEA défend une Pac souple. « Il faut donner de la souplesse à la gestion du budget agricole d’intervention en le dé-annualisant ». A savoir que « le non-utilisé d’un année soit reportable » l’année d’après et inversement. Evidemment ce budget doit « au moins » être maintenu dans le cadre des négociations de la Pac de l’après 2013.
La FNSEA en aurait-elle fini avec ses vieux démons qui l’empêchaient d’infléchir significativement la politique de répartition des aides directes la politique agricole commune ? Cela y ressemble. L’engagement de la FNSEA de plaider aujourd’hui pour « un système harmonisé des paiements directs que touchent les paysans français » est une « position forte », défendue par Jean-Michel Lemétayer, le président de la FNSEA, le 8 juillet. La répartition des aides économiques de la Pac, qui représente environ 9 milliards d’euros par an est inégalitaire.