Réforme de la Pac

Le verdissement des aides soulève les plus grandes réserves

Invoquant la nécessaire simplification des règles actuelles, ou l’utilisant comme prétexte, la plupart des Etats membres ont émis, lors du Conseil agricole de l’UE, le 20 octobre à Bruxelles, de très sérieuses réserves à l’égard du verdissement des paiements directs proposé par la Commission européenne dans le cadre de ses propositions législatives de réforme de la Pac (1). Les Vingt-sept ont par ailleurs confirmé les divergences attendues sur le rééquilibrage de ces paiements – entre et à l’intérieur des Etats membres – ainsi que sur la gestion des marchés.
«Une nouvelle compétitivité économique et écologique de l’agriculture sur l’ensemble des territoires » : tel est, selon Dacian Ciolos, l’objectif des propositions de réforme de la Pac que le commissaire européen a présentées aux ministres des Vingt-sept le 20 octobre à Bruxelles.
Ceux-ci ont fait part ensuite de leurs premières réactions, se montrant en particulier très réservés à l’égard du nouveau régime des paiements directs préconisé par la Commission.