Négociations de l’OMC

L’échéance de fin 2008 difficile à respecter malgré l’engagement du G-20

Le directeur général de l’OMC, Pascal Lamy, est prêt à accueillir une nouvelle réunion ministérielle à partir du 10 décembre à Genève pour tenter d’arrêter les « modalités » d’un accord, après l’appel en ce sens lancé le 15 novembre à Washington – à l’instigation des Etats-Unis, du Brésil, de l’Australie et du Royaume-Uni, et en dépit des réticences françaises – par le sommet du G-20 consacré aux marchés financiers et à l’économie mondiale. Encore faudra-t-il que les travaux techniques aient bien avancé jusque là. S’agissant de l’agriculture, les négociateurs sont encore loin du but.

Crawford Falconer, qui préside les négociations agricoles du cycle de Doha, a constaté que les représentants des membres de l’OMC, réunis le 17 novembre à Genève, « n’ont pas été en mesure de donner des détails sur leur marge de manœuvre », alors qu’« il y a un engagement politique d’au moins une vingtaine de pays ».