One Planet Summit : les financeurs privés boudent l’agriculture

15.12.2017 - 08:00
-
CR
-
Le 12 décembre, le monde de la finance s’est réuni dans le cadre du One Planet Summit pour franchir « une nouvelle étape dans ce combat collectif », selon les termes du chef d’État français, celui contre le dérèglement climatique. L’heure n’était pas à lister les solutions, mais à trouver des financements pour les concrétiser. Les financeurs privés ont fait des annonces concernant l’énergie, les transports ou encore les bâtiments. S’agissant d’agriculture, ils sont encore frileux.

« Je suis le plus grand fabricant au monde de réservoir à essence. En 2020, on va passer au réservoir à hydrogène. Nous voulons passer d’un “leadership” de haute valeur carbonée à celui de haute valeur environnementale », a déclaré Laurent Burelle, p.-d.g. de Plastic Omnium, lors du sommet sur le financement climatique – le One Planet Summit – à Paris, le 12 décembre. Voilà l’esprit des annonces et/ou des déclarations d’intentions qui se sont succédé dans la journée sur l’île Seguin.