Perturbateurs endocriniens : une communication a minima

La Commission européenne doit adopter le 7 novembre une communication, attendue depuis juillet, sur les perturbateurs endocriniens visant à élargir la prise en compte de ces molécules à l’ensemble de la législation européenne. Un bilan de santé de la réglementation va être lancé, mais à ce stade le cadre réglementaire ne sera pas renforcé.

Après quelques mois de tergiversations, la Commission européenne va adopter le 7 novembre une communication, initialement attendue pour le mois de juillet (1), intitulée « Vers un cadre de l’UE complet en matière de perturbateurs endocriniens » qui propose notamment de mener un bilan de santé de la réglementation afin d’évaluer si la législation communautaire est pertinente et « atteint son objectif général de protection de la santé humaine et de l’environnement en minimisant l’exposition à ces substances ».