Ministère de l’Agriculture

Quatre priorités agricoles malgré un budget de rigueur

Malgré un budget 2008 marqué par la rigueur, le ministre de l’Agriculture aura réussi à maintenir quatre priorités pour sa politique : la recherche et l’enseignement agricole, la promotion de l’agriculture durable, la sécurité alimentaire, la gestion des aléas. C’est ce qui ressort de la présentation des crédits de son ministère, le 27 septembre, au lendemain de la présentation générale du budget de l’État par la ministre de l’Economie Christine Lagarde. Les crédits de paiement s’élèvent à 2,88 milliards d’euros pour la « mission agriculture » contre 2,95 Mds en 2007. Les grands postes de soutien des exploitations (Prime herbagère, ICHN, PMPOA, PMTVA) sont globalement stables mais certaines baisses sont exceptionnelles : suppression des contrats d’aide rotationnelle, baisse de 14 % des moyens des offices, par exemple. Par ailleurs, le ministère de l’Agriculture verra son nombre de postes réduit de 575 (départs à la retraite non remplacés), sur un total de 36 590 postes. 264 postes supprimés concernent la « mission agriculture » c’est-à-dire hors les activités d’enseignement par exemple. Enfin, le ministère de l’Economie a annoncé que l’État apurera la dette du fonds de financement des prestations sociales agricoles (Ffipsa) de 619 millions d’euros sur 2007.

L’exercice budgétaire a sans doute été difficile pour le ministre de l’Agriculture, Michel Barnier. En présentant les comptes 2008, le 27 septembre, celui-ci n’a pas caché qu’il avait pris en route un travail déjà engagé avant son arrivée. D’autre part, les finances du ministère de l’Agriculture ne sont pas en bon état. Les engagements de dépense, du fait de plans de soutien motivés par des crises, dépassent largement, fin 2007, les crédits du ministère de la rue de Varenne. Une impasse de plus de 1 milliard d’euros est souvent évoquée et n’a pas été démentie par Michel Barnier.