Agriculture africaine

Encore d’importants freins à l’investissement agricole en Afrique

Avec plus de 200 millions d’hectares cultivables mais non cultivés, le continent africain dispose d’un potentiel gigantesque en termes d’investissements agricoles. Si les capacités de productions se développaient, le premier débouché de l’agriculture africaine serait les marchés locaux ou régionaux dont les croissances sont plus que prometteuses. Cependant, de nombreux freins à l’investissement subsistent, qu’ils soient politiques ou liés au manque d’infrastructures, mais les responsables nationaux ou régionaux s’organisent et trouvent des soutiens du côté d’institutions internationales comme la Banque mondiale.
«Le premier débouché de l’agribusiness en Afrique subsaharienne est le continent lui-même et représente près de 300 milliards de dollars », explique Vincent Palmade, économiste en chef du développement des secteurs privés et financiers en Afrique pour la Banque mondiale (BM). Il souligne que ce marché est prometteur puisque, selon lui, il pourrait plus que tripler d’ici 2030 et atteindre les 1 000 milliards de dollars.
Mots-clés