Commerce

Feu vert du Parlement européen à une libéralisation des échanges UE/Maroc

Le Parlement européen a donné, le 16 février à Strasbourg, par 369 voix contre 225, son feu vert à l’accord controversé de libéralisation réciproque des échanges de produits agricoles entre l’UE et le Maroc signé en décembre dernier à Bruxelles. Les députés ont ainsi refusé en majorité de suivre leur rapporteur, le Français José Bové, membre du groupe des Verts, qui a estimé, au cours du débat, que cet accord allait « placer les producteurs européens dans une situation de concurrence insoutenable sans pour autant conforter un développement équilibré au Maroc ». Le commissaire européen Dacian Ciolos a tenté de calmer les inquiétudes des opposants à cette nouvelle libéralisation du commerce bilatéral – Espagnols droite et gauche confondues, agriculteurs et surtout producteurs de fruits et légumes – en affirmant que « la Commission va assurer un suivi strict tant des volumes importés – notamment pour les produits les plus sensibles – que de la qualité ».
Lors de la conclusion des négociations avec Rabat, en 2010, la Commission européenne avait fait valoir que le nouvel accord bilatéral « représente un intérêt offensif important pour l’UE », car il prévoit une libéralisation totale par étapes sur dix ans pour les produits agricoles transformés, sauf pour les pâtes alimentaires, qui feront l’objet d’une limitation quantitative.