Fruits et légumes : souplesse proposée en cas de dommages phytosanitaires

La Commission européenne a soumis au Conseil et au Parlement européen, le 30 mars, un acte délégué modifiant le calcul de la valeur de la production commercialisée par les organisations de producteurs dans le secteur des fruits et légumes. L’objectif est d’offrir une plus grande souplesse dans le calcul de la valeur de la production commercialisée dans le cas où leur production de fruits et légumes est exposée à des dommages causés par des maladies ou des organismes nuisibles « rendant la production inutilisable tant pour la consommation que pour la transformation ».

Mots-clés