Avenir de la Pac

Le sommet européen fait l’impasse

Contrairement à ce que souhaitait Paris, le sommet européen des 11 et 12 décembre à Bruxelles n’a pas fait du bilan de santé de la Pac une « référence utile » pour les négociations futures, les chefs d’Etat et de gouvernement n’étant pas d’accord sur la façon d’aborder cette question dans les conclusions de la présidence française de l’UE. En revanche, les Vingt-sept ont fait part de leur soutien à l’Irlande dont le secteur porcin est frappé par une crise de la dioxine. Ils ont cherché, par ce moyen entre autres, de convaincre les Irlandais de l’utilité et de la compréhension de la Communauté pour que Dublin ratifie enfin le Traité de Lisbonne, « d’ici la fin du mandat de l’actuelle Commission ».

Le Danemark, la Suède et la République tchèque étaient opposés à un très court paragraphe sur l’importance de l’accord sur le bilan de santé de la Pac, « référence utile pour les futurs travaux », tandis que le Royaume-Uni, Malte, les Pays-Bas et la Lettonie réclamaient un texte différent de celui proposé par la présidence française de l’UE Voir n° 3181 du 15/12/08.