Les accords bilatéraux, solution de rechange

Le ministre allemand de l’économie, Michael Glos, dont le pays exerce la présidence de l’UE jusqu’à la fin juin, a affirmé à Berlin que « ceux qui bloquent (à l’OMC) ne se trouvent pas en Europe ». Il est légitime que l’Union engage des négociations sur les accords commerciaux bilatéraux avec des pays comme l’Inde ou la Corée du Sud pour prévenir les effets d’un éventuel échec du cycle de Doha, a-t-il dit.