Négociations de l’OMC

Les dirigeants mondiaux s’engagent prudemment

La nécessité de conclure le cycle de Doha a, comme prévu , été soulignée une nouvelle fois tant par le sommet du G-20, le 2 avril à Londres, que par le sommet euro-américain de Prague, trois jours plus tard. Pascal Lamy, qui souhaite des avancées concrètes, recherche toutefois un des dirigeants mondiaux avant l’été. Le directeur général de l’OMC note également que la nouvelle administration américaine doit encore réévaluer sa stratégie commerciale, ce qui prendra , et que l’Inde est confrontée cette année à des échéances électorales.

«Nous restons décidés à parvenir à un conclusion ambitieuse et équilibrée du cycle de Doha pour le développement, qui est une nécessité urgente » et « pourrait injecter au moins 150 milliards de dollars par an dans l’économie globale », ont notamment souligné le 2 avril à Londres les dirigeants des vingt pays industrialisés et émergents dans une déclaration sur un « plan global pour la relance et la réforme ».