OMC

L’immobilisme des pays émergents freine les négociations

Les pourparlers agricoles du cycle de Doha piétinent, d’autant que, avant de bouger, certains négociateurs attendent que leurs partenaires fassent mouvement sur les autres secteurs, industrie et services. Tout comme le président français, Nicolas Sarkozy, le commissaire européen au commerce, Peter Mandelson, déplore ainsi l’immobilisme des pays émergents, tandis que sa collègue chargée de l’agriculture, Mariann Fischer Boel, constate que les chances d’un accord se réduisent petit à petit.

Le Comité des négociations agricoles de l’OMC, réuni en session plénière le 22 février à Genève, a convenu de poursuivre en session restreinte (37 délégations représentatives) les pourparlers sur le projet de compromis révisé soumis le 8 février par son président, Crawford Falconer, puis de faire à partir du 3 mars une pause d’une semaine à dix jours avant de décider de la façon de reprendre le dossier.