L’urgence de productions à valeur ajoutée

Au Maroc la conversion de l’agriculture aux productions à valeur ajoutée devient une urgence. La dépendance alimentaire du pays s’aggrave. La production céréalière par tête est passée de 361 kilos au début des années 1930 à 293 kilos au début des années 1960 puis à 203 au début des années 2000, indique l’universitaire Najib Akesbi, professeur à l’institut agronomique Hassan II à Rabat.